Johanne Nadon

Spécialiste aux paies


Dactylo, calculatrice à ruban, duplication de factures au stencil, ordinateurs et télétravail, Johanne en a vu passer des méthodes de travail en 44 années chez St-Hubert! En 1977, âgée de 18 ans, son histoire commence quand elle voit dans le journal une annonce de recrutement. St-Hubert cherche alors une personne à la comptabilité. Quelques jours plus tard, Johanne commence ainsi son premier emploi à vie et elle restera fidèle à ce premier employeur pour les 4 décennies suivantes!
 

On vous paye le lunch!

Dans ce temps-là, le siège social de la compagnie était situé au-dessus de la rôtisserie St-Hubert du quartier Pont-Viau à Laval. L’un des avantages de l’époque, celui que Johanne préférait, c’était qu’on n’avait pas besoin d’apporter de lunch ! En effet, les employés pouvaient, à un prix plus que raisonnable, profiter des repas de la rôtisserie et goûter les nouveautés avant tout le monde. Le rêve pour cette grande fan du menu St-Hubert. En plus de la nourriture réconfortante, c’est aussi l’accueil chaleureux aux allures familiales qu’elle a reçu qui lui a confirmé que son choix de rejoindre cette entreprise était le bon et qu’elle y resterait longtemps…très longtemps.

 

De la dactylo à l’internet

Dans sa longue carrière chez St-Hubert, l’une des grandes fiertés de Johanne a été sa participation au développement d’un système informatique pour l’entreprise. Vous vous souvenez du début de cette histoire, avec les dactylos et les autres vestiges? Imaginez implanter un système « moderne » de facturation, sans avoir de points de repère. Un réel défi qui a nécessité de longues heures de travail et qui a été réussi, à sa plus grande fierté.

Une touche sucrée pour la célébration

On soupçonne bien que la fin de ce projet de système informatique moderne a été célébrée avec l’un de nos desserts signatures! À l’époque, on se gâtait avec la chaleureuse tarte au sucre ou avec l’original mille-feuille, mais quelques années plus tard, c’est finalement le gâteau blanc recouvert de sucre à la crème qui a su devenir le préféré de Johanne. Un dessert simple, doux, réconfortant et qui va droit au cœur, tout comme l’apport de Johanne chez St-Hubert.