La famille Bérard

La famille Bérard raconte comment elle a réussi dans le chou-business

Fournisseur de chou, Saint-Lin-Laurentides

La famille Bérard, c’est le « chou » dans la fameuse « salade de chou » St-Hubert. Qu’elle soit crémeuse ou traditionnelle, l’important pour les producteurs de Saint-Lin–Laurentides est de fournir un ingrédient frais, croquant et produit localement toute l’année.

Dining room closed temporarily - Online order is available

« C’est une fierté de savoir que beaucoup de gens mangent du chou qui vient de notre ferme », confie René.

René et Germaine Bérard, avec plusieurs membres de leur famille dont leurs enfants Sébastien et Catherine, opèrent les Jardins G & R, une entreprise familiale de Lanaudière passée maître dans la culture du chou. Au grand bonheur de nos clients, la famille Bérard consacre plus de 600 acres au chou qui fait son chemin dans nos rôtisseries et nos salades de chou en épicerie.


Des racines maraîchères bien ancrées dans la famille

L’intérêt de René pour la production maraîchère ne date pas d’hier. Fils de maraîchers, il apprend le métier auprès de son père avant de se marier et de cultiver à son compte une petite superficie de terre qu’il développe avec les années. En 1980, René et sa conjointe Germaine fondent les Jardins G & R, deux lettres qui rappellent leurs prénoms respectifs. Ils sont aidés de Réal et Ginette, le frère de l’un et la sœur de l’autre.

« C’était l’un de mes rêves, être un important producteur de chou », explique René. Aujourd’hui, son rêve est devenu réalité : les Jardins G & R sont parmi les plus importants producteurs de choux au Canada..
 

Au total, l’entreprise maraîchère cultive plus de 6 millions de choux par année sur plus de 2 500 acres de terres réparties dans six municipalités de la région de Lanaudière. Cette répartition géographique lui assure une protection quant aux revers climatiques qui pourraient survenir. Ainsi, la famille Bérard peut garantir un approvisionnement constant.


D’ailleurs, cette constance est devenue la marque de commerce du producteur de chou. Ses entrepôts spécialisés, grâce à une technologie perfectionnée par les Bérard, garantissent un produit frais et croquant toute l’année dans votre assiette, à la maison comme au restaurant. À l’intérieur, plus de 25 000 caissons de 1 000 livres, remplis de chou, peuvent s’y entasser. Très peu de producteurs au pays possèdent ce type d’équipement ce qui fait de cette famille un leader dans le domaine.

Un rêve qui grandit de génération en génération

« La terre fait partie de notre enfance, de la manière dont on a été élevé. Faire de son rêve le nôtre et le faire grandir à notre tour, c’est un privilège », explique Catherine.

Naître dans les choux, pour les enfants Bérard, est bien plus qu’une simple expression. Catherine se souvient, petite, d’être assise sur le tracteur conduit par sa mère pour aller récolter des légumes avec sa famille. À l’adolescence, l’entreprise familiale a permis aux jeunes Bérard d’avoir un emploi durant l’été et de mieux comprendre le travail maraîcher.
 

Aujourd’hui, Catherine occupe un rôle de gestion au sein des Jardins G & R, tant au niveau de la santé et de la sécurité au travail que de la relation avec les clients et les employés. Sébastien, lui, se charge de tout ce qui touche à la production. De la mise en terre à la cueillette, en passant par la culture, le chou n’a plus de secret pour lui!

Selon Catherine, quel est l’avantage de travailler avec son père? « Il y a une relation de confiance qui est innée. Peu importe ce qui va arriver, il y a quelqu’un qui va être là pour te soutenir ».

Planter des choux à la mode de chez nous

L’histoire de la famille Bérard avec St-Hubert remonte à loin. Le chou des producteurs de Lanaudière s’est frayé un chemin d’une rôtisserie à l’autre sur quatre décennies et, petit à petit, a fini par se retrouver dans nos produits d’épicerie et dans près de l’ensemble de nos restaurants.

« St-Hubert cherchait un partenaire d’affaires à long terme, et nous aussi, alors nous avons cheminé ensemble dans la même direction », précise René. « Ils veulent s’approvisionner à proximité et encourager les produits d’ici depuis plusieurs années. »


Comme l’explique Catherine, l’idée était de permettre aux gens de déguster la même salade chou, en rôtisserie comme à la maison. D’ailleurs, la famille Bérard est-elle crémeuse ou traditionnelle? « Traditionnelle! On nous la demande souvent celle-là! », répond René en riant. Catherine acquiesce : « mon conjoint prend de la crémeuse, mais pas nous! On goûte plus le chou dans la traditionnelle ».